Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

HORAIRES DES CELEBRATIONS

 

SEPTEMBRE

 

- Samedi 2 - 18H30 messe - Freix

 

- Dimanche 3 - 11H00 Messe  - Roquenatou

 

- Samedi 9 - 18H30 messe - Reilhac

 

- Dimanche 10 - 10H00 Messe - Aurillac St Géraud

Installation de l'équipe des prêtres "in solidum" de la zone pastorale d'Aurillac

 

- Jeudi 14 - 16H45 Messe -Maison:Retraite St Illide

 

- Samedi 16 - 18H30 messe - St Cernin

 

- Dimanche 17 - 9H30 Messe -Ayrens

 

- Dimanche 17 - 11H00 Messe  -Jussac

 

- Samedi 23 - 17H00 Messe-Teissières

 

- Samedi 23 - 18H30 Messe-Tournemire

 

- Dimanche 24 - 9H30 Messe -Naucelles

 

- Dimanche 24 - 11H00 Messe -Jussac

 

- Jeudi 28 - 16H45 Messe - -Maison:Retraite St Illide

 

- Samedi 30 - 18H30 Messe - Freix

 

OCTOBRE

 

 

- Samedi 7 - 18H30 messe - Reilhac

 

- Dimanche 8 - 11H00 Messe des Familles - St Cernin

 

- Jeudi 12 - 16H45 Messe -Maison:Retraite Reilhac

 

- Samedi 14 - 18H30 messe - St Cernin

 

- Dimanche 15 - 9H30 Messe- Ayrens

 

- Dimanche 15 - 11H00 Messe- Jussac

 

- Samedi 21 - 18H30 messe - St Cernin

 

- Dimanche 22 - 9H30 Messe - Naucelles

 

- Dimanche 22 - 11H00 Messe -Jussac

 

- Jeudi 26 - 16H45 Messe - -Maison:Retraite St Illide

 

- Samedi 28 - 17H00 messe - Teissières

 

- Samedi 28 - 18H30 messe - Girgols

 

- Dimanche 29 - 9H30 Messe - Laroquevieille

 

- Dimanche 29 - 11H00 Messe -Jussac

 

- Mardi 31 -17H00 Messe -La Bontat

 

- Mercredi 1 - 9H30 Messe -de Toussaint St Cernin

 

- Mercredi 1 - 11H00 Messe -de Toussaint Jussac

 

 

 

 

Rechercher

CATECHISME

photo catchisme    

 Pour en savoir plus et répondre à vos questions: ICI

 

  2017 -2018 

 

Les inscriptions pour le catéchisme 

sur notre Paroisse Saint Louis de Hauterive concernent les nouveaux arrivants, les enfants qui suivent le CE2 et pour l'éveil à la Foi, les enfants qui sont en CEI. 

- Mercredi 20 septembre de 14 h à 17 h ;

- Samedi 23 septembre de 10 h à 12 h.

Presbytère de JUSSAC

 22 , avenue des Raux.

 

Les dates de rentrée 

seront le mercredi 27 septembre et le vendredi 29 septembre.

 

 

CE2 - CM1 - CM2:

 - Mercredi:

Jussac - Naucelles - 13H45 à 15H00

 St Illide: 14h00 0 15h00

-  Vendredi:

St Cernin : 15H45 à 17H00

Ayrens 16H30 à 17H40

 

 

 

- Horaires hors vacances scolaires -

- Pour tous renseignements complémentaires prendre contact avec le Presbytère

 

- PROFESSION DE FOI: 

- PREMIERES COMMUNIONS: 

- REMISE DU NOUVEAU TESTAMENT aux 6ièmes: 

zebible

 l'autre experience

  CLIQUEZ AU DESSUS

ZeBible c’est aussi l’Autre Expérience

Ces chants parlent de notre manière active de voir l'action de Dieu dans nos vies. Nous disons combien nous croyons que Dieu agit dans nos vies ordinaires, là où nous vivons, là où nous travaillons, là où Dieu nous à placé."
Benjamin & Thomas (GLORIOUS)

MOUVEMENTS - SERVICES - MEDIAS

CHORALE DU SECTEUR:

Répétition des Chants: Le Mardi 18H00 salle Paroissiale de Jussac

Fréquence: Toutes les quinzaines  

 Animateurs: Gérard et Annie Roussel - Noëlle Beaulieu

    

EQUIPE DU DEUIL: Tel : 0471466548

Les Obsèques Chrétiennes dans le Diocèse: ICI

 

     2 EQUIPES DU ROSAIRE:
    
  • JUSSAC et MARMANHAC  :

          2ème lundi du mois   

           Horaire: 15H00

         Lieu : Salle paroissiale de JUSSAC
         Responsable : Mlle Jocelyne  BAILLET

  • AYRENS  :

         4ème lundi du mois     

          Horaire : 14 h
         Lieu : Eglise d'AYRENS
         Responsable : Mme Alice SIMONET

EQUIPE MCR:

Prochaine réunion: Salle paroissiale de Jussac 

  •  JOURNAL PAROISSIAL 

  "D'une Vallée à l'Autre"

 

Correspondants sur le secteur:

Ayrens: Alice Simonet

Freix-Anglards: Marthe Noël

Girgols: Jocelyne Baillet

Jussac: Jeannette Bessou- Michel Ischard

Marmanhac-Laroquevieille:  Mme Tilly -Veissières

Naucelles: Gisèle Berche

Reilhac: Sylvie Balia

St Cernin: Fabienne Lestrade

 St-Illide: Céline Darnis

Tournemire: André Lafon

 --------

Parution Mensuelle  - 11 Numéros par An

 

           

29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 22:03
Retour sur les JMJ de Madrid...

 

Edouard ALBARET, Soeur Joyce ALVES DE OLIVEIRA, Elodie BARTHOMEUF, Angélique BEAUDONNET, Marie-Cécile BEC, Sonia BERTRAND, Margaux BOISSONNADE, Pauline BOISSONNADE, Juliette BOULDOIRES, Emilie BOULET, Emeline CADORET, Sylvain CAIRON, Amélie CHADELAT, Manon CHAPOULARD, Abbé Jean CHEMINADE, Vincent CHEVRIER, Xavier CONSTANT, Clotilde DESTANNES, Frère François DIBONGO, Floriane DONORE, Viviane DUMAS, Victor DUMONT, Claire DUSSAILLANT, Claire FAU, Pauline GAUZINS, Claire GEORGIN, Soeur Catherine GUILLARD, Thibaut GRANGE, François GRANGE, Pierre-Edouard GUERRIER, Thibaut JARRY, Clémence JODELET, Alice LACAMBRE, Abbé Emmanuel LAPORTE, Ophélie LAPORTE, Nathalie LAPORTE, Edwige LAUBY, Jean-Baptiste LETANG, Loris-Amaury L’HERAULT-VISONE, Audrey MARQUESTAUT, Quentin MONTEIL, Emilie PIGANIOL, Abbé Pascal POIRIER, Myriam PRIVAT, Soeur Paulette RAIVOSOA, Marion ROCHETTE, Emmanuel ROLLAND, Antoine RONGIER, Perrine ROUCHEZ, Mickaël ROUX, Pierre RUNFOLA, Laura SERIEYS, Frédéric TARDIF, François TEISSEDRE, Lucie TEULET, Jean-Charles TIXIER, Clément VACHER, Laure VACHER, Mélina VAURS.

P1000327.JPG

Messe d’envoi en mission des 60 JMJistes du diocèse de Saint-Flour - Célébration présidée par Mgr Bruno GRUA le mercredi 10 août 2011 en la cathédrale Saint-Pierre à Saint-Flour. Ci-dessous, l’homélie de notre évêque :

"Au moment où vous portez pour les JMJ dans le diocèse de Vic puis à Madrid,  je voudrais vous partager très simplement trois réflexions.

P1000118.JPG

 

Tout d’abord, vous allez vivre un événement. Des choses vont se passer : des rencontres entre vous mais aussi avec beaucoup de jeunes que vous ne connaissez pas, des échanges plus superficiels ou plus profonds, des temps de prière personnelle ou communautaire avec l’inconnu de ce que Dieu peut y construire dans vos cœurs, l’écoute de catéchèse, des grands rassemblements…et tout un tas d’autres moments que vous n’imaginez pas avant de partir, qu’il n’est pas possible de prévoir. Ca peut même faire un peu peur. Vous ne maitrisez pas ce que vous allez vivre. Vous acceptez de prendre un chemin qui vous conduira où vous ne savez pas. Combien de jeunes avant vous sont partis à des JMJ sans forcément savoir exactement ce qu’ils allaient y faire, parce que des amis les ont invités, parce qu’ils avaient envie de voir du pays, de vivre un temps fort avec des copains et puis ils en sont revenus profondément transformés. Beaucoup y ont découvert ou redécouvert la beauté de la foi chrétienne, du visage de l’Eglise et en sont revenus intérieurement transformés alors qu’ils ne l’avaient pas prévu ou souhaité. Les JMJ ont été un tournant dans leur vie, l’origine d’un nouveau regard et de nouveaux engagements. Vos animateurs pourraient vous le dire. Alors laissez-vous faire. Laissez-vous porter par chacun des moments qui vous sont proposés. Vivez-les à fond. Soyez intérieurement disponibles. Laissez Dieu travailler en vous comme il le veut pour chacun. Laissez le réveiller l’Esprit qui peut-être sommeille en vous mais ne demande qu’à dynamiser, qu’à réjouir votre vie.

P1000113.JPG

 

La deuxième réflexion m’est suggérée par les textes que vous avez choisis pour cette eucharistie. « Toutes les nations afflueront vers la maison du Seigneur » (Isaïe), « De toutes les nations faites des disciples » (Matthieu). Vous allez en faire l’expérience dans la rencontre de jeunes venus du monde entier. Des jeunes rassemblés dans une même foi mais si différents les uns des autres par la couleur de la peau, par la langue et la culture et même dans leur manière de comprendre l’évangile et de vivre l’Eglise. On n’entend pas l’évangile tout à fait de la même manière, on n’est pas sensible aux mêmes accents, selon que l’on vient comme vous d’un pays de vieille chrétienté ou d’un pays qui découvre tout juste l’évangile, selon que l’on vit dans la paix ou bien la persécution et la guerre, selon que l’on vit dans un pays riche ou dans un pays qui traverse de graves crises économiques, selon que l’on vit dans une société qui s’est construite autour des valeurs évangéliques ou bien en pays d’Islam, d’idéologie marxiste…L’Eglise est riche depuis bien longtemps de toutes ces diversités. Elle les reçoit de chacun de ses enfants pour les leur partager. L’Eglise a une expérience séculaire de la mondialisation. Elle est pour l’humanité entière un lieu de respect, de partage, de fraternité dans la foi au même Christ, dans l’écoute de la même, Parole de Dieu mais dans la diversité de toutes nos situations et de toutes nos richesses. Le Pape Benoit XVI que vous rencontrerez est le ministre, le serviteur de cette unité dans nos diversités. C’est sa venue qui sera pour vous l’occasion de cette expérience unique de fraternité universelle. Ainsi s’accomplit la parole du prophète Isaïe : « Toutes les nations afflueront vers la maison du Seigneur. Alors viendront des peuples nombreux qui diront : Venez, montons à la maison du Seigneur, qu’Il nous enseigne ses voies et que nous suivions ses sentiers ». Et cette parole de Jésus que, depuis 20 siècles l’Eglise met en pratique et qui est à la source de votre rassemblement : « De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et dub Saint-Esprit et apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit ».

Remise_des_foulars_JMJ.JPG

Ma dernière réflexion m’est inspirée par le thème même de ces JMJ : Enracinés dans le Christ, affermis dans la foi. Ce thème, inspiré d’une lettre de Saint-Paul, va être développé au cours des catéchèses, des temps de prière, par le Pape lui-même. Je suis frappé par ces mots qui évoque la solidité, la stabilité, la constance. Bien sûr vous êtes à un âge où on cherche, où on se cherche. C’est légitime lorsque cette recherche vise vraiment à trouver et à s’appuyer sur de vraies valeurs pour construire sa vie. Mais la foi n’est pas simplement une sorte de sentiments passagers, volatiles, selon l’humeur du moment. Nous ne nous laissons pas balloter au gré des circonstances. La foi est une attitude profonde, stable de tout notre être, notre intelligence, notre cœur, qui nous permet de garder le cap. Les grandes figures de sainteté que vous rencontrerez, Jean de la Croix, Ignace de Loyola, François-Xavier, Jean et Thérèse d’Avila, ont cela en commun d’avoir fondé toute leur vie dans le Christ qu’ils ont aimé. Nos générations doivent entendre cet appel. Nous sommes les hommes et les femmes de l’instant. Dans le domaine religieux, comme dans le reste de la vie nous zappons. Nous voulons, dans ce domaine aussi la satisfaction immédiate de nos désirs, et s’ils ne sont pas satisfaits nous allons chercher ailleurs, loin du Christ parfois. Nous nous bricolons un petit Dieu confortable à nos petites mesures. Nous nous fabriquons un dieu à notre image au lieu de nous laisser façonner à la sienne. Nous avons à apprendre à nous enraciner, à durer, à tenir pour aller à la rencontre non pas simplement de nous-mêmes mais du Christ, du Père qui nous appellent. Le bonheur ne consiste pas à nous fabriquer des idoles successives pour combler nos attentes mais à fonder, à construire notre vie sur la fidélité au Christ. Jésus lui-même est allé jusqu’au bout de son amour du Père et son amour des hommes. C’est ce don sans retour que nous célébrons dans chaque eucharistie.

Dans notre prière nous confions votre démarche à Dieu pour qu’elle vous enracine dans le Christ et que vous y trouviez force, lumière, bonheur."

P1000097.JPG

 

Du 10 au 14 août 2011, le groupe de pèlerins du diocèse de Saint-Flour a vécu les journées en diocèse (avant les JMJ) dans le diocèse de Vic, en Catalogne, plus précisément à Ripoll, lieu où Gerbert d’Aurillac, devenu le Pape de l’an mille, Sylvestre II a étudié. Retrouvez en images les différents temps forts de ces journées.

Comit___d__accueil____Ripoll.JPG
Le comité d’accueil de Ripoll

P1000131.JPG
Pot d’accueil offert pour nos JMJistes

P1000143.JPG
L’arrivée à Saint-Jean des Abesses après 9km de marche,
en démarche de pèlerinage

P1000145.JPG
A droite, le curé de la paroisse de Saint-Jean des Abesses
qui accueille le groupe de pèlerins

P1000154.JPG
Temps de prières en l’église de Saint-Jean des Abesses

P1000172.JPG
En l’église de Saint-Jean des Abesses, Adoration du Saint Sacrement

P1000201.JPG
Entrée du monastère de Montserrat (haut lieu de pèlerinage) P1000198.JPG

P1000231.JPG
1ère lecture par une JMJiste de notre diocèse pendant la messe célébrée
avec les moines bénédictins

P1000235_1.JPG
Témoignage de vie et de foi d’un moine des moines bénédictin de Montserrat

P1000241.JPG
Au monastère de Manrès, catéchèse du Père Jean CHEMINADE
sur St Ignace de Loyola et les "Exercices Spirituels
"

Grande_messe____Barcelone_avec_les_JMJ.JPG
Première grande célébration eucharistique à Vic, 60 000 jeunes

Messe à Ripoll avec la communauté chrétienne_1.JPG
Messe dominicale à Ripoll, avec la communauté chrétienne

P1000301.JPG
Commémoration en l’honneur de Gerbert d’Aurillac,
devenu le pape de l’an mille, Sylvestre II et qui a étudié à Ripoll
Plaque_comm__morative__Gerbert_.JPG

P1000336.JPG
Veillée festive à Vic autour du folklore populaire

Du 15 au 21 août, les JMJistes du diocèse de Saint-Flour ont participé avec 2 millions d’autres jeunes venus du monde entier aux Journées Mondiales de la Jeunesse sur Madrid. Ils ont été hébergés à Meco, à 30 km au Nord de Madrid. Leurs journées se partageaient entre :
-la catéchèse proposée, en matinée, par des évêques francophones en lien avec le thème de ces JMJ
"Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi » (cf. Col 2,7)", suivie d’un temps possible pour recevoir le sacrement de réconciliation et la célébration eucharistique,
-l’après-midi, les célébrations autour du Très Saint Père Benoît XVI
-en début de soirée le festival de la jeunesse.
Grâce aux pass délivrés aux pèlerins, les JMJistes ont pu visiter gratuitement différents lieux importants du patrimoine et de la culture madrilène tel, entre autre, que le Musée de la Reine Sophia où se trouve le célèbre tableau Guernica de Pablo PICASSO.

Retrouvez les différents temps forts de ces JMJ :

Messe d’ouverture des JMJ place Cibeles à Madrid
le 17 août 2011

Messe_d__ouverture_2.jpg

Voici le texte intégral de l’allocution du président du Conseil pontifical pour les laïcs, le cardinal Stanislas Rylko, le 16 août au soir, à Madrid, au début de la messe d’ouverture de la Journée mondiale de la Jeunesse 2011, place Cibeles.

“Très chers jeunes,

Et voilà, le jour tant attendu est arrivé : l’inauguration de la XXVIème Journée Mondiale de la Jeunesse. Après un long cheminement de préparation vous êtes finalement arrivés ici, à Madrid, la belle métropole moderne qui deviendra ces jours-ci la capitale de la jeunesse catholique du monde entier…

“Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !…” (Ps 118,26). C’est par ces mots du Psaume que je vous donne cordialement la bienvenue avec toutes les chaleureuses salutations de la part du Conseil Pontifical pour les Laïcs, le dicastère du Saint-Siège auquel le Pape a confié l’organisation des rencontres mondiales des jeunes. J’adresse une pensée reconnaissante à vos évêques, aux prêtres, aux religieux et aux religieuses, ainsi qu’aux formateurs laïcs qui vous ont accompagnés et vous ont guidés sur le parcours de préparation spirituelle à cette grande aventure de la foi que nous vivrons ensemble ces jours-ci.

À ce rendez-vous avec le Saint-Père Benoît XVI vous avez amené vos projets et vos espoirs, mais aussi vos inquiétudes, les préoccupations pour les choix qui vous attendent… Ce seront des jours inoubliables de découvertes importantes et de décisions déterminantes pour votre vie…

Les réflexions et les prières de ces journées seront guidées par les mots de Saint Paul que vous connaissez bien “Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi…” (Col 2,7). C’est une parole exigeante parce qu’elle contient un programme de vie précis pour chacun de nous ! Ces jours-ci, au cœur de notre réflexion il y aura la foi. Parce que la foi est un facteur décisif dans la vie de tout homme. Tout change, selon le fait que Dieu existe ou qu’Il n’existe pas ! La foi est la racine qui nous nourrit avec la lymphe vitale de la parole de Dieu et des sacrements ; c’est le fondement, la roche sur laquelle construire notre vie, la boussole sûre qui guide nos choix et donne à notre vie son orientation décisive.

Aujourd’hui malheureusement, dans notre monde qui si souvent refuse Dieu et vit comme s’Il n’était pas là, beaucoup se demandent : la foi est-elle encore possible ?…

Très chers jeunes ! Vous êtes venus ici, à Madrid, des endroits les plus retirés de la planète, pour dire à voix haute au monde entier - et en particulier à cette Europe qui montre les signes d’un profond désarroi - votre “oui” convaincu ! “Oui”, la foi est possible ! Plus encore, c’est même une aventure merveilleuse qui nous permet de découvrir toute la grandeur et la beauté de notre vie… Parce que Dieu, qui s’est révélé sous le visage du Christ, ne diminue pas l’homme, mais il l’exalte de façon démesurée, au-delà de toute imagination ! … Ces jours-ci, nous voulons crier avec les Apôtres au Seigneur : “Augmente notre foi !” (Lc 17,5)… Nous voulons aussi prier avec Saint Anselme : Seigneur, « enseigne-moi à Te chercher, montre-toi à qui Te cherche, car je ne puis Te chercher si Tu ne m’enseignes, ni Te trouver si Tu ne te montres » (Proslogion 1,1).

En attendant l’arrivée du Pape Benoît XVI, nous avons accueilli ce soir un invité spécial de la JMJ de Madrid : le Bienheureux Jean-Paul II qui revient au milieu de vous jeunes qu’il a tant aimés, et dont il a été aussi beaucoup aimé : il est revenu comme votre Patron Bienheureux et comme le Protecteur à qui vous pouvez vous confier ; il est revenu comme un ami - un ami exigeant, comme il aimait à se décrire… Il est venu vous dire une fois de plus, avec tant de chaleur : N’ayez-pas peur ! Choisir le Christ dans sa vie c’est acquérir la perle précieuse de l’Évangile pour laquelle cela vaut la peine de tout donner !

Très chers jeunes !

La JMJ de Madrid 2011 est commencée !

Je vous redis donc : Bienvenus à tous à Madrid !”

Stanislas card. Rylko

 

Les jeunes accueillent le Pape à Madrid !
le 18 août 2011

Messe_d__ouverture_3.jpg

Le pape Benoît XVI a été accueilli jeudi au coeur de Madrid, sur la place de Cibeles, par une foule enthousiaste de plusieurs centaines de milliers de pèlerins catholiques des cinq continents, rassemblés pour les Journées mondiales de la jeunesse.

En robe blanche, une étole or et rouge drapée sur les épaules, le pape a pris place sur l’estrade blanche géante ornée d’une effigie de la Mère et de l’Enfant.

Face à lui, des centaines de milliers de jeunes portant des chemises colorées s’étaient massés depuis le matin sur les grandes avenues du centre de Madrid, debout, allongés, couchés, portant des drapeaux, chantant, formant de longues chaînes humaines pour ne pas se perdre dans la foule.

Le Saint-Père, accueilli comme pèlerin par les participants aux JMJ, passera avec quelques jeunes la Puerta de Alcalá sur la Plaza de Independencia de Madrid. La fête d’accueil des jeunes aura ensuite lieu sur la Plaza de Cibeles, avec un discours du pape. Benoît XVI vivra avec eux les trois jours conclusifs des JMJ.

Nous publions ci-dessous les discours que Benoît XVI a adressé aux jeunes en ce premier soir de rencontre pour les Journées mondiales de la jeunesse de Madrid, à la Puerta de Alcalá.

“Chers jeunes amis,

C’est une immense joie pour moi de vous rencontrer ici, dans le centre de cette belle ville de Madrid, dont les clés m’ont été aimablement remises par Monsieur le Maire. Aujourd’hui, elle est aussi la capitale des jeunes du monde entier vers laquelle toute l’Église a le regard tourné. Le Seigneur nous a réunis pour que nous vivions en ces jours l’expérience fraternelle des Journées Mondiales de la Jeunesse. Par votre présence et votre participation aux célébrations, le nom du Christ résonnera dans tous les recoins de cette ville renommée. Prions afin que son message d’espérance et d’amour ait aussi un écho dans le cœur de ceux qui ne croient pas ou qui se sont éloignés de l’Église. Merci beaucoup pour l’accueil chaleureux que vous m’avez réservé à mon entrée dans la ville, signe de votre amour et de votre attachement au Successeur de Pierre.

Je salue Monsieur le Cardinal Stanisław Ryłko, Président du Conseil Pontifical pour les Laïcs et ses collaborateurs dans ce Dicastère, en les remerciant tous pour le travail accompli. Je remercie également Monsieur le Cardinal Antonio María Rouco Varela, Archevêque de Madrid, pour ses aimables paroles et pour l’effort fourni par son archidiocèse, soutenu par les autres diocèses d’Espagne, pour préparer ces Journées Mondiales de la Jeunesse pour lesquelles ont travaillé aussi avec générosité beaucoup d’autres Églises particulières du monde entier. J’exprime ma gratitude envers les Autorités nationales, celles des Communautés autonomes et les Autorités locales pour leur aimable présence et pour leur généreuse collaboration au bon déroulement de cette grande rencontre. Merci à mes frères dans l’Épiscopat, aux prêtres, aux séminaristes, aux personnes consacrées et aux fidèles ici présents qui ont accompagné les jeunes pour vivre ces journées intenses de marche à la rencontre du Christ. Je vous salue tous cordialement dans le Seigneur et je vous redis que c’est une grande joie d’être ici avec vous tous. Que le feu de l’amour du Christ ne s’éteigne jamais dans vos cœurs !

Salutation en français

Chers jeunes francophones, vous avez répondu nombreux à l’appel du Seigneur à venir le rencontrer à Madrid. Je vous en félicite ! Bienvenue aux Journées Mondiales de la Jeunesse ! Vous portez en vous des questions et vous cherchez des réponses. Il est bon de chercher toujours. Recherchez surtout la Vérité qui n’est pas une idée, une idéologie ou un slogan, mais une Personne, le Christ, Dieu Lui-même venu parmi les hommes ! Vous avez raison de vouloir enraciner votre foi en Lui, de vouloir fonder votre vie dans le Christ. Il vous aime depuis toujours et vous connaît mieux que quiconque. Puissent ces journées riches de prière, d’enseignement et de rencontres vous aider à le découvrir encore pour mieux l’aimer. Que le Christ vous accompagne durant ce temps fort où, tous ensemble, nous allons le célébrer et le prier !

HOMELIE

“Chers amis,

Je remercie les jeunes représentants des cinq continents pour les paroles chaleureuses qu’ils m’ont adressées. Je salue affectueusement tous les jeunes qui sont ici réunis, provenant d’Océanie, d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Europe, ainsi que tous ceux qui n’ont pas pu venir. Je pense souvent à vous et prie pour vous. Dieu m’a accordé la grâce de pouvoir vous voir et vous entendre de plus près et de nous mettre ensemble à l’écoute de sa Parole.

Dans la Lecture qui vient d’être proclamée, nous avons entendu un passage de l’Évangile où il est dit d’accueillir les paroles de Jésus et de les mettre en pratique. Il y a des paroles qui ne servent qu’à entretenir une conversation et qui passent comme le vent. D’autres cultivent l’esprit sous divers aspects. Celles de Jésus, par contre, remplissent le semblable, s’y enracinent et façonnent notre vie tout entière. Sinon elles demeurent vides et deviennent éphémères. Elles ne nous rapprochent pas de Lui. Et, ainsi, le Christ continue d’être au loin, comme une voix parmi les nombreuses autres que nous entendons autour de nous et auxquelles nous sommes déjà accoutumés. De plus, le Maître qui parle n’enseigne pas ce qu’il a appris d’autres personnes, mais ce qu’Il est lui-même, le seul qui connaisse vraiment le chemin de l’homme vers Dieu, car c’est lui qui l’a ouvert pour nous, qui l’a créé pour que nous puissions parvenir à la vie authentique, celle qu’il vaut toujours la peine de vivre en toute circonstance et que la mort même ne peut détruire. L’Évangile continue en expliquant cela à travers l’image suggestive de celui qui construit sur un roc solide, résistant aux assauts des adversités, contrairement à celui qui bâtit sur le sable, parfois même dans un lieu paradisiaque, comme nous dirions aujourd’hui, mais qui se désagrège au premier souffle de vent et devient une ruine.

Chers jeunes, écoutez vraiment les paroles du Seigneur pour qu’elles soient en vous « esprit et vie » (Jn 6, 63), racines qui alimentent votre être, règles de conduite qui nous rendent semblables à la personne du Christ, en étant pauvres de cœur, affamés de justice, miséricordieux, en ayant un cœur pur, en aimant la paix. Faites-le chaque jour avec constance, comme on fait avec le seul Ami qui ne nous déçoit pas et avec qui nous voulons partager le chemin de notre vie. Vous savez bien que lorsque nous ne marchons pas au côté du Christ qui nous guide, nous nous dispersons sur d’autres sentiers, comme celui de nos propres impulsions aveugles et égoïstes, celui des propositions flatteuses mais intéressées, trompeuses et volubiles, qui laissent le vide et la frustration derrière elles.

Profitez de ces journées pour mieux connaître le Christ et soyez certains qu’enracinés en Lui votre enthousiasme et votre joie, vos désirs d’aller plus loin, d’atteindre ce qui est plus élevé, jusqu’à Dieu, auront toujours un avenir assuré, parce que la plénitude de la vie demeure déjà en vous. Faites-la grandir à l’aide de la grâce divine, généreusement et sans médiocrité, visant sérieusement l’objectif de la sainteté. Et, face à nos faiblesses, qui parfois nous écrasent, comptons également sur la miséricorde du Seigneur, qui est toujours prêt à nous tenir de nouveau la main et qui nous offre son pardon à travers le sacrement de la Pénitence.

En construisant sur le roc inébranlable, non seulement votre vie sera solide et stable, mais elle contribuera aussi à projeter la lumière du Christ sur les jeunes de votre âge et sur toute l’humanité, en présentant une alternative valable à tous ceux qui sont tombés dans leur vie, parce que les fondements de leur existence étaient inconsistants ; à tous ceux qui se contentent de suivre les courants de la mode, qui trouvent refuge dans leur intérêt immédiat, oubliant la vraie justice, ou qui s’abritent derrière leurs propres opinions au lieu de rechercher la pure vérité.

Oui, nombreux sont ceux qui, se croyant des dieux, pensent ne pas avoir besoin d’autres racines ni d’autres sources qu’eux-mêmes. Ils voudraient décider eux-mêmes ce qui est vérité ou pas, ce qui est bien ou mal, le juste et l’injuste ; décider ce qui est digne de vivre ou peut être sacrifié sur l’autel d’autres préférences ; marcher à chaque instant au hasard, sans but préétabli, se laissant guider par l’instinct du moment. Ces tentations sont toujours aux aguets. Il est important de ne pas y succomber car, en réalité, elles mènent à quelque chose d’aussi évanescent qu’une existence sans horizons, une liberté sans Dieu. Nous, par contre, nous savons bien que nous avons été créés libres, à l’image de Dieu, précisément parce que nous sommes protagonistes de la recherche de la vérité et du bien, responsables de nos actions et non de simples exécutants aveugles, collaborateurs créatifs dans notre tâche de cultiver et d’embellir l’œuvre de la création. Dieu désire un interlocuteur responsable, qui puisse dialoguer avec lui et l’aimer. À travers le Christ, nous pouvons vraiment le devenir et, enracinés en lui, donner ses ailes à notre liberté. N’est-ce pas là le grand motif de notre joie ? N’est-ce pas là un terrain solide pour construire la civilisation de l’amour et de la vie, capable d’humaniser tous les hommes ?

Chers amis, soyez prudents et sages, bâtissez votre vie sur le fondement solide qu’est le Christ. Cette sagesse et cette prudence guideront vos pas, rien ne vous fera trembler et la paix régnera dans votre cœur. Alors, vous serez heureux, contents, et votre joie se communiquera aux autres. Ils se demanderont quel est le secret de votre vie et ils découvriront que le roc qui soutient tout l’édifice et sur lequel s’appuie toute votre existence est la personne même du Christ, votre ami, frère et Seigneur, le fils de Dieu fait homme, qui donne consistance à tout l’univers. Il est mort pour nous et il est ressuscité pour que nous ayons la vie et, à présent, depuis le trône du Père, il demeure vivant et proche de tous les hommes, veillant continuellement avec amour sur chacun de nous.

Confiant les fruits de ces Journées Mondiales de la Jeunesse à la Vierge Marie, qui a su dire « oui » à la volonté de Dieu et qui nous enseigne, comme personne d’autre, la fidélité à son divin Fils, qu’elle a suivi jusqu’à sa mort sur la croix. Nous méditerons tout cela plus profondément aux diverses stations de la Via Crucis. Prions pour que, comme pour elle, notre « oui » d’aujourd’hui au Christ soit aussi un « oui » inconditionnel à son amitié, à la fin de cette Journée et durant toute notre vie.

Merci beaucoup.”

 

Un Chemin de Croix d’une beauté toute espagnole
- Pour se mettre au service de qui est dans le besoin
le 20 août 2011

Chemin_de_croix_1.jpg

Un Chemin de Croix d’une beauté toute espagnole – pour les scènes de la Passion et l’accompagnement musical dramatique - a été proposé au pape et aux jeunes de la JMJ de Madrid, ce vendredi soir, en souvenir du « vendredi saint », a annoncé Benoît XVI à son arrivée place de Cibeles pour ce rendez-vous clef de la XXVIe JMJ. Dans son homélie, le pape a invité les jeunes à se mettre au service de ceux qui souffrent pour soulager leurs souffrances.

Chacune des « stations » du chemin de croix, de l’arrestation de Jésus à sa déposition au tombeau, était représentée par de grandes statues habillées d’étoffes précieuses, selon les traditions de Pâques en Espagne, certaines datant du 17eou du 18esiècle, œuvres de sculpteurs renommés.

Un Chemin de Croix pas comme les autres

Ces 14 scènes différaient légèrement des scènes habituellement méditées pendant le Chemin de Croix, comme cette « solitude de la Vierge Marie » de la 14estation. Elles ont commencé par la Sainte Cène, selon le récit de l’institution de l’eucharistie, venue de Murcie (1763) ; puis « le baiser de Juda » (Malaga, 1963) ; le reniement de Pierre (1958, Orihuela) ; la condamnnation de Jésus à mort (1625, Madrid) ; Jésus chargé de sa croix (1942, Madrid) ; la chute de Jésus sous le poids de la Croix (1942, Úbeda) ; Simon de Cyrène aide Jésus à porter la Croix (1630, Leon) ; Véronique essuie le visage de Jésus (1957, Jerez de la Frontera) ; Jésus est dépouillé de ses vêtements (1986, Grenade) ; Jésus cloué sur la Croix (1885, Zamora) ; Jésus meurt sur la Croix (le Christ dit « de la bonne mort », 1942, Malaga) ; la descente de Croix du Corps de jésus (1945, Cuenca) ; Jésus dans les bras de sa Mère (1625, Valladolid) ; la mise au tombeau de Jésus (Segovia, 1625) ; la solitude de la Vierge Marie (1675, Séville) : la statue est connue comme la « Sévillane ».

Pour marquer ce temps de méditation sur la Passion du Christ, le pape était revêtu du camail et de l’étole sacerdotale rouge, comme le Vendredi Saint. Le sommet de la JMJ est en effet construit comme le « triduum » de Pâques : une Pâques en plein mois d’août, avec la douleur de la Passion du Christ, le vendredi, et « prélude de la résurrection », a insisté le pape, jusqu’au dimanche, jour de la fête de la résurrection, chaque semaine, pour les chrétiens.

Ce Chemin de Croix a commencé Place de Colon et s’est achevé Place de Cibeles où se trouve le podium du pape : les jeunes de différents pays particulièrement souffrants ont porté la « Croix des JMJ » donnée par Jean-Paul II aux jeunes, tout au long de cette méditation.

Les souffrances des jeunes

Parmi les intentions de prière de ce Chemin de Croix géant, la neuvième station, qui représente « Jésus dépouillé de ses vêtements », les victimes d’abus sexuels : « Jésus compatit avec les souffrances des victimes des génocides humains dans lesquels l’homme se signale dans sa violence brutale, il compatit avec les viols et abus sexuels et les crimes contre les enfants et les adultes ».

Le Chemin de Croix a aussi évoqué les jeunes qui souffrent de la guerre, des conflits fratricides, des persécutions pour leur foi, de la marginalisation, ou de la dépendance de la drogue, des victimes de l’avortement, du terrorisme, de catastrophes naturelles, du chômage et de la crise économique.

Une préparation à la journée de demain, à la « fête du pardon » : le pardon des péchés sera donné par le pape lui-même à quelques jeunes dans le sacrement de la pénitence et de la réconciliation. Les prêtres ont reçu le pouvoir de remettre les fautes y compris pour l’avortement. Des centaines de confessionnaux en forme de voile blanche ont été installés pour les prêtres qui seront à la disposition des jeunes.

Au terme du chemin de croix, le pape a tenu une brève homélie où il a évoqué les commentaires faits par les Petites soeurs de la Croix les Hermanitas de la Cruz, qui servent les plus pauvres et ceux qui sont dans le besoin. Ces commentaires ont permis d’entrer dans le mystère de la croix glorieuse du Christ, qui renferme la vraie sagesse de Dieu, celle qui juge le monde et ceux qui se croient sages (cf. 1 Cor 1, 17-19) » (cf. Documents pour le texte intégral de l’homélie).

La beauté au service de la foi

« La contemplation des extraordinaires Imágenes provenant du patrimoine religieux des diocèses espagnols, nous a aidés également dans cet itinéraire vers le calvaire. Ce sont des Imágenes où la foi et l’art s’harmonisent pour arriver au cœur de l’homme et pour l’inviter à la conversion. Quand le regard de la foi est limpide et authentique, la beauté se met à son service et elle est capable de représenter les mystères de notre salut jusqu’à nous émouvoir profondément, et de transformer notre cœur, comme cela est arrivé à sainte Thérèse d’Avila en contemplant une représentation du Christ blessé (cf. Libro de la vida 9, 1) », a dit le pape.

Puis il a interrogé les jeunes sur leur réponse à l’amour du Christ qui donne sa vie pour eux : « Devant un tel amour si désintéressé, pleins d’étonnement et de gratitude, nous nous demandons maintenant : Que ferons-nous, nous autres, pour lui ? Quelle réponse lui donnerons-nous ? »

Il répond en citant saint Jean : « La passion du Christ nous pousse à charger sur nos épaules la souffrance du monde, avec la certitude que Dieu n’est pas quelqu’un qui est distant ou lointain de l’homme et de ses vicissitudes ».

Etre proche de qui est dans le besoin

« Chers jeunes, a exhorté le pape, que l’amour du Christ pour nous augmente votre joie et vous aide à être proches de ceux qui sont dans le besoin ».

« La croix, a ajouté Benoît XVI, n’a pas été le développement d’un échec, mais la manière d’exprimer le don aimant qui arrive jusqu’à un don plus grand : celui de sa propre vie ».

Il a invité les jeunes à se confier à la prière de la Vierge Marie : « en particulier quand nous passons à travers la nuit de la souffrance, afin que nous réussissions comme elle à demeurer fermes dans la foi au pied de la croix ».

Ce recueillement des méditations a été précédé et suivi par des manifestations d’enthousiasme : certains jeunes arrivés aujourd’hui voyaient le pape pour la première fois. Ils semblaient ne pas vouloir le laisser partir : le pape les a regardés en souriant et en leur adressant des signes amicaux depuis la voiture blanche panoramique. Les jeunes continuaient de l’ovationner et de scander à en perdre la voix : Esta es la Juventud del Papa, « Voilà la jeunesse du pape », puis « Be-nedicto », ou « Viva el papa », en battant des mains, sur des kilomètres hérissés de drapeaux et de calicots joyeux, chantant devant la nonciature jusqu’à son arrivée, escorté jusque là par les caméras, tandis que la nuit, vibrante, tombait sur Madrid illuminée.

 

La veillée avec les jeunes interrompue par une pluie de « bénédictions »
le 21 août 2011

Cuatro_Vientos.jpg

« Le Seigneur nous envoie beaucoup de bénédictions avec la pluie » a commenté le pape après l’interruption forcée de la veillée de ce samedi avec les jeunes, à Madrid, à cause d’un violent orage qui s’est abattu soudainement sur la base aérienne des Cuatro Vientos, au moment où Benoît XVI commençait la lecture de son homélie.

« Merci pour votre joie et votre résistance », a dit Benoît XVI quand il a enfin pu reprendre la parole, après la violence du vent et de la pluie.

« Votre force est plus grande que la pluie », a-t-il poursuivi.

« Avec la pluie, le Seigneur nous envoie beaucoup de bénédictions », a assuré le pape.

« En cela aussi vous êtes un exemple », a-t-il conclu, avant de conclure son homélie par des salutations en différentes langues.

Pendant l’interruption de la veillée en effet, les jeunes ont continué à manifesté leur enthousiasme et leur joie, bravant la pluie et le vent. Le pape est lui aussi resté serein et souriant, prenant cet incident avec bonne humeur.

La veillée s’est poursuivie par un temps d’adoration. Comme par enchantement, le silence est tombé sur la foule de plus d’un million de jeunes.

Après l’adoration, le pape s’est à nouveau adressé aux jeunes en disant : « Chers jeunes, nous avons vécu une aventure ensemble… »

« Avant de partir, je voudrais vous souhaiter une bonne nuit à tous. Reposez-vous bien. Merci pour le sacrifice que vous êtes en train de faire. Je suis certain que vous l’offrirez généreusement au Seigneur. Nous nous verrons demain, si Dieu le veut. Je vous remercie pour le merveilleux exemple que vous avez donné. Comme ce soir, avec le Christ vous pouvez toujours affronter les épreuves de la vie. Ne l’oubliez pas. Merci à tous », a conclu Benoît XVI.

Les organisateurs font également savoir que 200.000 personnes n’ont pas pu assister à la veillée, faute de place, pour des raisons de sécurité.

HOMELIE DE BENOÎT XVI

Nous publions ci-dessous le texte de l’homélie que le pape Benoît XVI avait prévu d’adresser aux jeunes durant la veillée de prière, ce samedi soir, à la base aérienne des Cuatro Vientos, à Madrid. En raison d’un violent orage qui s’est abattu sur l’aéroport, le pape a interrompu son homélie après le deuxième paragraphe. Quand la pluie s’est calmée, il a prononcé les salutations en différentes langues.

“Chers jeunes,

J’adresse un salut à tous, et particulièrement aux jeunes qui m’ont posé leurs questions et je les remercie de la sincérité avec laquelle ils ont exprimé des inquiétudes qui, d’une certaine manière, traduisent votre aspiration unanime à faire quelque chose de grand dans votre vie, quelque chose qui vous donne le bonheur en plénitude.

Mais comment un jeune peut-il être fidèle à la foi chrétienne et vivre en cherchant à atteindre de grands idéaux dans la société actuelle ? Dans l’évangile que nous avons écouté, Jésus nous donne une réponse à cette question importante : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés ; demeurez dans mon amour » (Jn 15, 9).

Oui, chers amis, Dieu nous aime. Telle est la grande vérité de notre vie, celle qui donne sens à tout le reste. Nous ne sommes pas le fruit du hasard ou de l’irrationnel, mais, à l’origine de notre existence, il y a un projet d’amour de Dieu. Demeurer dans son amour, c’est vivre enraciné dans la foi, parce que la foi n’est pas la simple acceptation de vérités abstraites, mais une relation intime avec le Christ qui nous amène à ouvrir notre cœur à ce mystère d’amour et à vivre comme des personnes qui se savent aimées de Dieu.

Si vous demeurez dans l’amour du Christ, enracinés dans la foi, vous rencontrerez, même au milieu des contradictions et des souffrances, la source de la joie et de l’allégresse. La foi ne s’oppose pas à vos idéaux les plus élevés ; au contraire, elle les exalte et les porte à leur perfection. Chers jeunes, ne vous conformez pas à moins qu’à la Vérité et à l’Amour, ne vous conformez pas à moins qu’au Christ.

C’est précisément maintenant au moment où la culture relativiste dominante refuse et déprécie la recherche de la vérité – la plus haute aspiration de l’esprit humain – que nous devons proposer avec courage et humilité la valeur universelle du Christ comme sauveur de tous les hommes et source d’espérance pour notre vie. Lui, qui a pris sur lui nos afflictions, connaît bien le mystère de la douleur humaine et montre sa présence aimante à tous ceux qui souffrent. Ceux-ci, à leur tour, unis à la passion du Christ, participent de plus près à son œuvre de rédemption. En outre, notre attention désintéressée envers les malades et les personnes dans le besoin sera toujours un témoignage humble et silencieux du visage de la compassion de Dieu.

Chers amis, qu’aucune adversité ne vous paralyse. N’ayez pas peur du monde, ni de l’avenir, ni de votre faiblesse. Le Seigneur vous a donné de vivre en ce moment de l’histoire, pour que, grâce à votre foi, son Nom retentisse sur toute la terre.

En cette veillée de prière, je vous invite à demander à Dieu de vous aider à découvrir votre vocation dans la société et dans l’Église, et à persévérer en elle avec joie et fidélité. Il vaut la peine de sentir en nous-mêmes l’appel du Christ et de suivre avec courage et générosité le chemin qu’il nous propose.

Le Seigneur appelle beaucoup d’entre vous au mariage, où un homme et une femme, en ne formant qu’une seule chair (cf. Gn 2, 24), se réalisent en une profonde vie de communion. C’est un horizon tout à la fois lumineux et exigeant, un projet d’amour véritable qui se renouvelle et s’approfondit chaque jour par le partage des joies et des difficultés, et qui se caractérise par une offrande de la personne tout entière. C’est pourquoi reconnaître la beauté et la bonté du mariage, c’est être conscient du fait que seul un contexte de fidélité et d’indissolubilité ainsi que d’ouverture au don divin de la vie est en accord avec la grandeur et la dignité de l’amour des époux.

À d’autres, en revanche, le Christ lance un appel à le suivre de plus près dans le sacerdoce et la vie consacrée. Que c’est beau de savoir que Jésus te cherche, te fais confiance et, avec sa voix reconnaissable entre toutes, te dit aussi à toi : « Suis-moi » (cf. Mc 2, 14).

Chers jeunes, pour découvrir et suivre fidèlement la forme de vie à laquelle le Seigneur appelle chacun, il est indispensable de demeurer dans son amour comme des amis. Or, comment se conserve l’amitié sinon par la fréquence des rencontres, la conversation, le fait d’être ensemble et de partager les joies et les peines ? Sainte Thérèse de Jésus disait que la prière consistait à « parler de l’amitié en étant bien souvent seuls pour parler avec celui dont nous savons qu’il nous aime » (cf. Libro de la vida, 8).

Je vous invite encore à demeurer maintenant dans l’adoration du Christ réellement présent dans l’Eucharistie, à dialoguer avec Lui, à Lui exposer vos questions et à L’écouter. Chers amis, je prie pour vous de tout cœur ; je vous supplie de prier aussi pour moi. En cette nuit, demandons au Seigneur qu’attirés par la beauté de son amour, nous vivions toujours fidèlement comme ses disciples. Amen.

Salutation en français

Chers jeunes francophones, soyez fiers d’avoir reçu le don de la foi, c’est elle qui illuminera votre vie à chaque instant. Appuyez-vous sur la foi de vos proches, sur la foi de l’Église ! Par la foi, nous sommes fondés dans le Christ. Retrouvez-vous avec d’autres pour l’approfondir, fréquentez l’Eucharistie, mystère de la foi par excellence. Le Christ seul peut répondre aux aspirations que vous portez en vous. Laissez-vous saisir par Dieu pour que votre présence dans l’Église lui donne un élan nouveau !

 

Benoît XVI à la messe finale des JMJ : “On ne peut pas suivre Jésus en solitaire”
le 21 août 2011

Cloture_2011_2.jpg

A l’aérodrome de Cuatro Vientos, près de Madrid, dimanche 21 août, le pape a enjoint les jeunes pèlerins présents aux JMJ de ne pas “vivre sa foi selon la mentalité individualiste qui prédomine dans la société”.

Nous publions ci-dessous le texte des paroles adressées par Benoît XVI aux jeunes au début de la messe de clôture de la JMJ de Madrid, sur la base aérienne de « Cuatro Vientos », ainsi que le texte de son homélie.

“Chers jeunes,
J’ai pensé beaucoup à vous en ces heures durant lesquelles nous ne nous sommes pas vus. J’espère que vous avez pu dormir un peu, en dépit de la rigueur du temps. Je suis sûr qu’à l’aube de ce jour vous avez levé les yeux au ciel plus d’une fois, et non seulement les yeux, mais aussi le cœur, et cela vous a permis de prier. Dieu sait tirer de tout le bien. Avec cette confiance, et sachant que le Seigneur ne nous abandonne jamais, commençons notre célébration eucharistique pleins d’enthousiasme et fermes dans la foi.”

* * * 

“Chers jeunes, 

Avec la célébration de l’Eucharistie, nous arrivons au moment culminant de ces Journées Mondiales de la Jeunesse. En vous voyant ici, venus en grand nombre de tous les horizons, mon cœur est plein de joie, pensant à l’affection spéciale avec laquelle Jésus vous regarde. Oui, le Seigneur vous aime et il vous appelle ses amis (cf. Jn 15, 15). Il vient à votre rencontre et il désire vous accompagner dans votre cheminement pour vous ouvrir les portes d’une vie pleine et vous faire participants de sa relation intime avec le Père. Pour notre part, conscients de la grandeur de son amour, nous désirons répondre avec grande générosité à cette marque de prédilection par la résolution de partager aussi avec les autres la joie que nous avons reçue. Certes ! Ils sont nombreux de nos jours, ceux qui se sentent attirés par la figure du Christ et désirent mieux le connaître. Ils perçoivent qu’Il est la réponse à leurs multiples inquiétudes personnelles. Cependant, qui est-Il réellement ? Comment est-il possible que quelqu’un qui a vécu sur la terre il y a tant d’années, ait quelque chose à voir avec moi aujourd’hui ? 

Dans l’Évangile que nous avons écouté (cf. Mt 16, 13-20), il y a comme deux manières distinctes de connaître le Christ qui nous sont présentées. La première consiste dans une connaissance externe caractérisée par l’opinion commune. À la demande de Jésus : « Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes ? », les disciples répondent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste, pour d’autres, Elie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes ». C’est-à-dire qu’on considère le Christ comme un personnage religieux supplémentaire qui s’ajoute à ceux connus. S’adressant ensuite personnellement aux disciples, Jésus leur demande : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre répond avec des paroles qui sont la première profession de foi : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! » La foi va au-delà des simples données empiriques ou historiques ; elle est la capacité de saisir le mystère de la personne du Christ dans sa profondeur. 

Mais, la foi n’est pas le fruit de l’effort de l’homme, de sa raison, mais elle est un don de Dieu : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux ». Elle a son origine dans l’initiative de Dieu, qui nous dévoile son intimité et nous invite à participer à sa vie divine même. La foi ne fournit pas seulement des informations sur l’identité du Christ, mais elle suppose une relation personnelle avec Lui, l’adhésion de toute la personne, avec son intelligence, sa volonté et ses sentiments, à la manifestation que Dieu fait de lui-même. Ainsi, la demande de Jésus : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? », pousse en fin de compte les disciples à prendre une décision personnelle par rapport à Lui. La foi et la suite (sequela) du Christ sont étroitement liées. Et, comme elle suppose suivre le Maître, la foi doit se consolider et croître, devenir profonde et mûre, à mesure qu’elle s’intensifie et que se fortifie la relation avec Jésus, l’intimité avec Lui. Même Pierre et les autres apôtres ont eu à avancer sur cette voie, jusqu’à ce que leur rencontre avec le Seigneur ressuscité leur ouvre les yeux sur une foi plénière. 

Chers jeunes, aujourd’hui, le Christ vous pose également la même demande qu’il a faite aux apôtres : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Répondez-lui avec générosité et courage comme il convient à un cœur jeune tel que le vôtre. Dites-lui : Jésus, je sais que tu es le Fils de Dieu, que tu as donné ta vie pour moi. Je veux te suivre avec fidélité et me laisser guider par ta parole. Tu me connais et tu m’aimes. J’ai confiance en toi et je remets ma vie entre tes mains. Je veux que tu sois la force qui me soutienne, la joie qui ne me quitte jamais. 

Dans sa réponse à la confession de Pierre, Jésus parle de l’Église : « Et moi, je te déclare : ‘Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église’ ». Que signifie cela ? Jésus bâtit l’Église sur le rocher de la foi de Pierre qui confesse la divinité du Christ. Oui ! L’Église n’est pas une simple institution humaine, comme n’importe quelle autre, bien plus elle est étroitement unie à Dieu. Le Christ lui-même se réfère à elle comme « son » Église. On ne peut pas séparer le Christ de l’Église, comme on ne peut pas séparer la tête du corps (cf. 1Co 12, 12). L’Église ne vit pas par elle-même, mais elle vit par le Seigneur. Il est présent au milieu d’elle, et lui donne vie, aliment et force. 

Chers jeunes, permettez-moi, en tant Successeur de Pierre, de vous inviter à renforcer cette foi qui nous a été transmise depuis les Apôtres, à mettre le Christ, le Fils de Dieu, au centre de votre vie. Mais permettez-moi aussi de vous rappeler que suivre Jésus dans la foi c’est marcher avec Lui dans la communion de l’Église. On ne peut pas suivre Jésus en solitaire. Celui qui cède à la tentation de marcher « à son propre compte » ou de vivre la foi selon la mentalité individualiste qui prédomine dans la société, court le risque de ne jamais rencontrer Jésus Christ, ou de finir par suivre une image fausse de Lui. 

Avoir la foi, c’est s’appuyer sur la foi de tes frères, et que ta foi serve également d’appui pour celle des autres. Je vous exhorte, chers jeunes : aimez l’Église qui vous a engendrés dans la foi, vous a aidés à mieux connaître le Christ et vous a fait découvrir la beauté de son amour. Pour la croissance de votre amitié avec le Christ, il est fondamental de reconnaître l’importance de votre belle insertion dans les paroisses, les communautés et les mouvements, ainsi que l’importance de la participation à l’Eucharistie dominicale, de la réception fréquente du sacrement du pardon, et de la fidélité à la prière et à la méditation de la Parole de Dieu. 

De cette amitié avec Jésus naîtra aussi l’élan qui porte à témoigner la foi dans les milieux les plus divers, y compris ceux dans lesquels il y a refus ou indifférence. On ne peut pas rencontrer le Christ et ne pas le faire connaître aux autres. Ne gardez donc pas le Christ pour vous-mêmes. Transmettez aux autres la joie de votre foi. Le monde a besoin du témoignage de votre foi, il a certainement besoin de Dieu. Je pense que votre présence ici, jeunes venus des cinq continents, est une merveilleuse preuve de la fécondité du mandat de Jésus donné à l’Église : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création » (Mc 16, 15). À vous aussi incombe le devoir extraordinaire d’être des disciples et des missionnaires du Christ dans d’autres terres et pays où se trouve une multitude de jeunes qui aspirent à de très grandes choses et qui, découvrant dans leurs cœurs la possibilité de valeurs plus authentiques, ne se laissent pas séduire par les fausses promesses d’un style de vie sans Dieu.

Chers jeunes, je prie pour vous avec toute l’affection de mon cœur. Je vous confie à la Vierge Marie, pour qu’elle vous accompagne toujours de son intercession maternelle et vous enseigne la fidélité à la Parole de Dieu. Je vous demande également de prier pour le Pape afin que, comme Successeur de Pierre, il puisse continuer à affermir ses frères dans la foi. Puissions-nous tous dans l’Église, pasteurs et fidèles, nous rapprocher davantage chaque jour du Seigneur, afin de croître en sainteté de vie et nous donnerons ainsi un témoignage efficace que Jésus est vraiment le Fils de Dieu, le Sauveur de tous les hommes et la source vive de leur espérance. Amen.”

Benoît XVI : “Apportez la connaissance et l’amour du Christ au monde entier”
le 21 août 2011

Concluant les Journées mondiales de la jeunesse, dimanche 21 août à Madrid, le pape a envoyé les jeunes en mission auprès de leurs proches.

Chers amis,

Vous allez rejoindre maintenant vos lieux de résidence habituelle. Vos amis chercheront à savoir ce qui est changé en vous après avoir été dans cette noble ville avec le Pape et des centaines de milliers de jeunes du monde entier : Que leur répondrez-vous ? Je vous invite à leur donner un témoignage audacieux de la vie chrétienne. Vous serez alors le ferment de nouveaux chrétiens afin que l’Église naisse avec vigueur dans le cœur de beaucoup.

Combien j’ai pensé ces jours-ci à ces jeunes qui attendent votre retour ! Transmettez-leur mon affection, en particulier aux plus défavorisés, et aussi à vos familles et aux communautés de vie chrétienne auxquelles vous appartenez.

Je ne peux m’empêcher de vous dire que je suis vraiment impressionné par le nombre significatif d’évêques et de prêtres présents à ces Journées. Je les remercie tous du fond de mon cœur, les encourageant en même temps à continuer à développer la pastorale des jeunes avec enthousiasme et engagement.

Confiant maintenant tous les jeunes du monde, et en particulier vous, chers jeunes, à l’intercession maternelle de la Sainte Vierge Marie, Étoile de la nouvelle évangélisation et Mère des jeunes, nous la saluons avec les mêmes paroles que l’Ange du Seigneur lui adressa.

 

Prochain rendez-vous à Rio de Janeiro en 2013 !
le 21 août 2011

cloture_JMJ_2011.jpg

“Je voudrais annoncer maintenant que la prochaine Journée mondiale aura lieu en 2013 à Rio de Janeiro”, a lancé Benoît XVI lors de l’Angelus.

L’annonce a été accueillie sous les vivats des pèlerins présents à cette 26e édition des Journées Mondiales de la Jeunesse : les prochaines JMJ auront lieu en 2013 dans le plus grand pays catholique du monde, à Rio de Janeiro, au Brésil.

Comme de coutume, le pape a annoncé la nouvelle à la fin de la messe de clôture qui a réuni près de deux millions de personnes sur la base aérienne de Cuatro Vientos, à quelques kilomètres de Madrid.

« Demandons au Seigneur d’assister dès maintenant de sa force tous ceux qui auront la tâche de la préparer et faciliter le chemin des jeunes du monde entier pour qu’ils puissent rencontrer de nouveau le pape dans cette belle ville brésilienne » a rajouté le pape.

La grande Croix symbole des JMJ a été transmise par de jeunes madrilènes aux Brésiliens qui accueilleront le rassemblement dans deux ans.

ARTICLE PARU SUR LE SITE DU DIOCESE:

http://catholique-saint-flour.cef.fr/spip.php?article1013

 

icon_rolleyes.gifICI POUR SUIVRE LES JMJ AU QUOTIDIEN icon_lol.gif  

 

Le Pape a annoncé le thème des 28 ièmes JMJ qui se dérouleront du 23 au 28 juillet 2013 au Brésil , à Rio de Janeiro.

"Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples" demande de Jésus dans l’Évangile de Matthieu .

 Le thème des 27ièmes JMJ, au niveau diocésain, le dimanche des Rameaux 1er avril 2012 sera "Soyez toujours dans la joie du Seigneur",tiré de l’Épître de Paul aux Philippiens.

Partager cet article

Repost 0
B.L EMILIE BOULET DIOCESE - dans INFOS DIOCESE

RENDEZ - VOUS

JUBILE 700 ANS DU DIOCESE

 

 

 

 

 

 

CONFERENCES

Mardi 19 septembre de 18h à 20h
Maison des Planchettes
15100 Saint-Flour

Jeudi 21 septembre de 18h à 20h
Maison Diocèsaine Saint-Paul
15000 Aurillac

 

Conférenciers :
1 - Joël Fouilleron - Université de Montpellier III / Historien
2 - Mgr Bruno Grua - Evêque de Saint-Flour

1 - « MONSEIGNEUR DE RIBEYRE (1742-1776). EVÊQUE DES PAUVRES », 18H00

Disciple du grand Massillon,  Paul de Ribeyre est l’évêque qui a laissé, à Saint-Flour, dans les mémoires, l’empreinte la plus forte et la plus pérenne. Mieux qu’aucun autre pasteur du diocèse, il incarne un altruisme actif et militant, prodiguant à l’égard des plus démunis aides, générosités et secours en temps ordinaire et les multipliant quand surviennent crises, famines et épidémies. Être charitable, soulager la misère, partager sa  modique aisance ne lui suffisent pas. Ami de l’humanité, il entend combattre en amont  la pauvreté, en multipliant, comme évêque et seigneur de Saint-Flour, les grands travaux dans la ville et manifester un égal souci des âmes et des corps en finançant un hôpital monumental hors des murs pour recevoir et entretenir enfants abandonnés et mendiants sans ressource.

 

2 - « LES GRANDS ACCENTS DU CONCILE DU VATICAN II », 19H15

L’annonce d’un concile oecuménique par Jean XXIII intervient comme un coup de tonnerre, une grande surprise. Concile trés dense et riche sur le plan théologique et pastoral. L’Eglise se redéfinissait et parlait au monde dans un esprit aimant et d’ouverture, selon les charismes propres du Pape Jean XXIII. La conférence s’attachera à dire les grands accents prophétiques du Concile qui ouvrait l’Eglise aux «Temps nouveaux» et à l’universel.

 

Jeudi 12 OCTOBRE 2017:   18H00 à 18H30 Place des droits de L'Homme  AURILLAC - CERCLE DE SILENCE

P1050352

    
      

 

 
 

 

 

 
 Habemus Papam Franciscum 
      
Les jeunes de la Communauté du Chemin-Neuf ont à leur tour détourné le clip (Gangnam Style)avec une parodie impertinente du « Catho Style » pour faire la promotion de leur festival international Welcome to Paradise, en août 2013 à Hautecombe (Savoie). 
 
 
 
 
 
JEUDI 21 MAI:  18H00 à 18H30 Place des droits de L'Homme  AURILLAC - CERCLE DE SILENCE
         
      P1050352

EQUIPE DU SECOURS CATHOLIQUE

            Secours-Catholique Caritas-France
  -REUNION DU SECOURS CATHOLIQUE LE 26 SEPTEMBRE 18H00 SALLE SOUS LA MEDIATHEQUE DE JUSSAC

Nouvelle équipe du Secours Catholique

" Entre Doire et Authre"

 

Actions engagées:

1) VISITES A DOMICILE

POUR DES PERSONNES ISOLEES OU EN DIFFICULTE

 

2) CAFES SOLIDAIRES

ITINERANT SUR LES DIFERENTES COMMUNES DU CANTON

 

3) ATELIERS CREATIFS

Expl: Couture,recyclage,coiffure,mosaïque,peinture etc..

Saint Cernin: sous la médiathèque

 

 le jeudi matin de 9 h  à 11 h  

 

4) ACCUEIL PERMANENCE

 

Jussac: Sous la médiathèque

Toutes les semaines paires

Les jeudis de 10H à 11H 

 

Il n'est pas trop tard pour prendre part à cette belle mission de solidarité.

Si vous (ou une personne que vous connaissez) vous voulez bénéficier de ces activités ou devenir bénévole.

 

Vous pouvez nous contacter

L'équipe locale

Tel: 06 30 28 90 65

ou

Lionel LE CAMPION

Tel:06 74 53 30 80

ou

Mme Lydie Anne JOURDAIN

Tel: 06 81 08 33 64

Email

Lydieanne.jourdain@secours-catholique.org

 

http://cantalpuydedome.secours-catholique.org/Benevoles-paroisse-Saint-Louis-de

PRIERES ET RECITS

Prière du Jubilé

 Seigneur Jésus-Christ,

toi qui nous a appris à être miséricordieux comme le Père céleste,

et nous a dit que te voir, c’est Le voir,

Montre-nous ton visage, et nous serons sauvés.

Ton regard rempli d’amour a libéré Zachée et Matthieu de l’esclavage de l’argent,

la femme adultère et Madeleine de la quête du bonheur à travers les seules créatures ;

tu as fais pleurer Pierre après son reniement,

et promis le paradis au larron repenti.

Fais que chacun de nous écoute cette parole dite à la Samaritaine

comme s’adressant à nous :

Si tu savais le don de Dieu !

Tu es le visage visible du Père invisible,

du Dieu qui manifesta sa toute-puissance par le pardon et la miséricorde :

fais que l’Église soit, dans le monde, ton visage visible,

toi son Seigneur ressuscité dans la gloire.

Tu as voulu que tes serviteurs soient eux aussi habillés de faiblesse

pour ressentir une vraie compassion à l’égard de ceux

qui sont dans l’ignorance et l’erreur :

fais que quiconque s’adresse à l’un d’eux se sente

attendu, aimé, et pardonné par Dieu.

Envoie ton Esprit et consacre-nous tous de son onction

pour que le Jubilé de la Miséricorde soit une année de grâce du Seigneur,

et qu’avec un enthousiasme renouvelé,

ton Église annonce aux pauvres la bonne nouvelle

aux prisonniers et aux opprimés la liberté,

et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue.

Nous te le demandons par Marie, Mère de la Miséricorde,

à toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint Esprit, pour les siècles des siècles.

Amen.

Pape FRANCOIS

PRIERE DE MERE THERESA

RECIT: UN CHEMIN SUR LE SABLE